Inspiration ethnique

Maillots de bain et bijoux Inspiration Ethnique
Pour s’aimer, le premier pas, c’est d’accepter de se décevoir, accepter d’être aussi faible et fragile, accepter de n’être pas à l’image de ses rêves, accepter d’avoir souffert sans rien a voir pu changer de son passé. Pour s’aimer, on accepte aussi de ne s’aimer pas, on accepte de ne pas savoir tout de suite éviter d’avoir mal, on accepte de ne pas savoir comment faire autrement que de souffrir de soi.
On renonce à sa perfection, à son invincibilité, à son autodétermination. On renonce à être coupable et à être victime. On renonce à être adulte et responsable, raisonnable et normal. On renonce aussi à l’admiration ou à la pitié, à sa fierté et à sa honte. On renonce à se vanter ou à se plaindre, à se cacher ou à se donner en spectacle.
Pour s’aimer, le plus admirable comme le plus détestable de soi est vu avec la même tendresse, une tendresse qui se moque gentiment des qualités dont on se pare, une tendresse qui s’amuse de nos défauts comme on sourit aux maladresses d’un petit enfant, sans méchanceté, en faisant comme si elles allaient vite disparaître.
S’aimer n’est rien d’autre que se sourire à soi-même, se tendre la main et se prendre dans les bras pour nous relever de nos chutes. S’aimer n’est rien d’autre que d’apprendre à reconnaître sa propre voix dans toutes celles qui causent sans arrêt dans nos têtes. S’aimer, c’est trouver dans les sensations de son corps, le sentiment que, tout compte fait, il n’y a rien d’autre que celui-ci pour exister. D’une certaine manière, c’est apprendre à se contenter de soi, malgré toutes les choses qui, à raison, nous mécontentent dans notre histoire.
S’aimer est une chose simple, il suffit de laisser tomber tout le désamour qu’on tient serré dans nos poings, c’est une forme de lâcher-prise. S’aimer est une chose simple … si compliquée à retrouver.
S’aimer ce n’est que cela, pouvoir se dire oui, pouvoir se dire merci sans aucune autre exigence.