Coups de coeur

Et je choisis de vivre

Je souhaite vous parler aujourd’hui de mon coup de cœur, le film « Et je choisis de vivre » que je vous conseille vivement !

 » Quand on perd son père ou sa mère, on est orpheline. Quand on perd son conjoint on est veuf mais quand on perd son enfant, il n’y a pas de mots « . À tout juste 30 ans, Amande perd son enfant. Pour se reconstruire, elle entreprend alors un parcours initiatique dans la Drôme, accompagnée de son ami réalisateur, Nans Thomassey.

Ensemble, et sous l’œil de la caméra, ils partent à la rencontre d’hommes et de femmes qui ont, comme Amande, vécu la perte d’un enfant. De cette quête de sens naît « Et je choisis de vivre », un film sur le deuil, à la fois sensible, émouvant et rempli d’espoir.

Naissance du projet

Après l’enterrement de leur enfant Gaspar, rien ne semble pouvoir empêcher Amande Marty, à l’origine du projet, d’être engloutie par ce vide qui s’ouvre devant elle. Pour se libérer du désespoir qui les submerge, Amande et Guillaume, son compagnon, s’engagent dans une marche. Aussitôt, une chaîne d’amitié et de partage se forge avec ceux qui ont éprouvé la même indicible douleur. Pour Amande, naît alors une idée de film qui pourrait être vu par le plus grand nombre afin d’apporter des clés et des témoignages porteurs d’espoir. Elle en parle à son ami d’enfance Nans Thomassey (Nus et Culottés – Série TV France 5) qui commence à écrire un scénario, enthousiasmé par l’idée.

Mon Avis

Parler de ces enfants ne doit pas être tabou ou plein de gêne. Ils restent des membres à part entière de nos familles et cela contribue à les faire vivre dans nos cœurs. Ils veillent sur nous et nous guident sur nos chemins de vie que l’on soit parents, frères, sœurs, grands parents, tatas, tontons ou amis de la famille. Alors n’hésitez pas que vous ayez été concernés ou non par le décès d’un enfant dans votre famille parce que ce film est porteur d’espoir et qu’il nous amène à prendre conscience de l’importance de continuer à vivre !

N’hésitez pas à partager l’information autour de vous. Ce film est une bouffée d’oxygène qui offre pleins d’outils pour les personnes en deuil et leur entourage. Ce n’est pas un film triste, c’est un film plein d’espoir, d’humanité et de réflexion. Continuer à vivre, oui mais comment, après avoir perdu son enfant ? Ce film est comme un pansement pour les cœurs déchirés. Il permet de mieux appréhender la douleur et de faire un pas vers la reconstruction. Il est surtout empli d’amour et d’humanité !

Financement participatif

Convaincu de l’importance du sujet, Nans Thomassey commence à contacter différents producteurs mais se heurte très rapidement à la réticence que suscite la mort, un sujet tabou et peu créateur d’audience dans une société qui cherche à dissimuler la faiblesse et la douleur. Nans se rapproche alors de son ami Damien Boyer, producteur, qui accepte de se lancer dans l’aventure. Le film qu’ils vont réaliser ensemble permettra au public de se mettre dans les pas d’Amande et de progresser avec elle dans la libération. Pour récolter des fonds, l’équipe entame un tour de France et présente son film lors de 15 conférences « Deuil et renaissance. » L’engouement est au rendez-vous puisque près de 1 500 personnes y participent. En parallèle, l’opération de financement participatif qu’ils ont organisée est un véritable succès : elle devient la 2e plus grosse levée de fonds en ligne (plus de 2 000 donateurs) pour un film après celle du film Demain.

Pour en savoir encore plus sur le film, rdv sur le site https://www.etjechoisisdevivre.com/

Miss Ronde Univers 2018

%d blogueurs aiment cette page :