HUMEUR & BIEN-ÊTRE

Le jour où je me suis aimée…

#Stopauxdiktats #Loveyourcurves 

Aujourd’hui quels sont les critères de beauté ? Dans l’industrie de la mode, comment ces standards sont-ils définis ? En fonction de quels critères une personne ou un style sont-ils considérés comme beaux ? Et, il y a surtout deux questions que je me pose : comment faire évoluer ces diktats et finalement est-ce réellement possible ?

Depuis que j’ai été élue Miss Ronde en 2016, j’ai réellement pris conscience du manque de reconnaissance qu’à la femme ronde et du peu d’importance qu’on veut lui donner. Pourquoi est-ce si difficile ? Est-ce que nous dérangeons ?  Est-ce une question de moyen financier ? Comment faire pour prendre cette place  dans la société ? Pendant longtemps, la perfection était de ne ressembler qu’à un seul type de femmes, la société a cherché à nous culpabiliser parce que notre apparence ne correspondait pas aux normes imposées. Et aujourd’hui, il y a encore beaucoup de choses à faire évoluer puisque pour devenir mannequin ronde et même avec un titre reconnu, dès qu’on ne fait pas 1m70, les marques ou les photographes veulent rarement travailler avec nous.. Alors comment les femmes d’aujourd’hui peuvent elles se reconnaître, si on ne voit pas plus de diversité ? Comment prendre confiance en soi si on sent tellement de réticence ? Est ce qu’il faut simplement ne donner aucune importance à ce jugement ? 

La beauté est un enjeu d’autant plus important que le physique détermine fortement la vie qu’on va avoir. Qu’est-ce que peux engendrer son apparence dans la vie d’une personne ? Celle-ci déclenche des préjugés, mais les gens se conforment souvent à l’image qu’on se fait d’eux (de leur beauté, de leur laideur ou encore de leur morphologie). Heureusement les critères bougent, il n’y a rien d’immuable. On peut tout simplement être beau de différentes manières, même si certains clichés continuent de s’imposer.

Les femmes sont influencées par les images vues dans le monde de la mode et les jeunes filles le sont de plus en plus tôt. Elles commencent déjà à subir le poids des diktats de la mode : être bien habillée, ne pas être en surpoids… Ce qui les fait douter d’elles très tôt. S’en vient ensuite l’adolescence et tous ses doutes. C’est un âge où l’on remet tout en question, où son corps change, où l’on doit trouver sa place et où l’identification à l’autre est très forte. Il est alors très important de ne pas se laisser noyer par les images que l’on voit partout en voulant ressembler à ce qui est tout bonnement faux et n’existe pas. Le fait de pouvoir échanger avec ses proches est indispensable pour relativiser, voire être critique de cette vision. Alors que plus de 40 % des femmes s’habillent au-delà de la taille 42, il est quasi impossible de trouver des vêtements taille 44 (vous pouvez le vérifier par vous même, j’ai fait cette expérience de nombreuses fois). Les marques n’ont toujours pas compris que c’était à la mode de s’adapter aux formes des femmes et non le contraire. On a le sentiment que le corps des femmes rondes est montré du doigt ou caché. Il est donc temps de cesser de le normer selon des critères qui ne ressemble plus à ce qu’est le monde aujourd’hui.

Côté média, la mode et la publicité mettent en avant des mannequins minces, et donnent l’impression que la beauté rime avec minceur. Ainsi, combien de personnes, adolescentes ou adultes, ont déjà eu des remarques désobligeantes sur leurs poids ou leur corps ? Beaucoup trop, nous sommes d’accord ! La société érige des standards physiques auxquels chacun doit essayer de se conformer sous peine d’être stigmatisé voire rejeté. Il en va de même quel que soit la morphologie qui n’entre pas dans ces standards (grands, petits, minces, c’est la même pour tous). Ces normes de beauté excluent la diversité et une majeure partie de la population qui est amenée à culpabiliser sur son poids ou ses formes.

Il est avéré que les Françaises sont les femmes qui se trouvent les plus grosses alors qu’elles sont les plus minces d’Europe. Mais pourquoi ? Tout simplement parce que les femmes ressentent une pression inconsciente sur leur poids à cause de l’image idéale qui est renvoyée via les médias et la publicité. On ne peut que constater que cela risque de créer plus d’insatisfaction et de frustration que d’émotions positives.

Aujourd’hui, l’important c’est de dépasser le regard des autres, s’assumer et ainsi dégager une image positive de soi. Alors arrêtons de culpabiliser, les régimes et la minceur ne sont pas une obligation pour se sentir bien et si on est en bonne santé. L’important c’est d’avoir un esprit sain dans un corps sain, ce qui n’exclut en aucun cas la différence et la diversité ! La confiance en soi ne vient pas d’essayer d’atteindre un corps parfait mais bien d’aimer celui qu’on a de façon inconditionnelle. D’ailleurs, vous n’êtes jamais aussi belles que lorsque vous vous sentez bien dans votre peau et que vous souriez !

Si vous habitez Strasbourg, retrouvez nous très prochainement pour le vernissage de notre exposition avec Pauline Studio, « le jour où je me suis aimée ». Plus de détails viendront dans les semaines à venir… 

Miss Ronde Univers 2018

%d blogueurs aiment cette page :